Le sportif et le yogi ont plus de points communs que vous ne le pensez…

Avant de voir leurs points communs, voyons leurs différences à la loupe pour mieux créer des liens et des ponts entre eux :

Des différences au premier regard

  • Suivant l’activité pratiquée, le sportif vise plus l’élévation de son corps que celle de son esprit pendant que l’autre (le yogi) oublie parfois son corps et le considère comme un simple véhicule voire comme quelque chose de vil et sans valeur.
  • Pendant que l’un fait fonctionner ses muscles pour une activité « récréative » terrestre, l’autre élargit sa conscience pour voyager à travers différents corps et mondes subtils (astral ; causal…).
  • Si on prend un adepte du culte physique par excellence, le culturiste, et un yogi des chaînes himalayennes, on note assez aisément les différences de mode de vie, les différences de priorités et surtout les différences physiques qui sautent aux yeux.

Anciennes civilisations et Nombre d’Or comme trait d’union entre le Corps et l’Esprit

Si on regarde un peu l’Histoire, on s’aperçoit que sur plusieurs milliers d’années, certaines cultures vouaient à la fois un culte à la beauté esthétique/physique tout en gardant une activité spirituelle pour élever l’esprit (égyptiens, romains, grecques…). La fameuse règle du nombre d’or (rapport de deux longueurs A et B tel que (A+B)/A=(A+B) et A/B=1,618) en est un exemple et fut déjà utilisée depuis environ 10 000ans par l’être humain (Temple d’Andros découvert sous la mer des Bahamas). On relate donc son utilisation tant au niveau architectural (pyramides de Khéops en 2500ans av JC) que pour définir la divine proportion d’un corps, d’un visage à l’instar de Léonard de Vinci aux XV et XVI siècle ap JC.

Le souci de la représentation du corps, si on prend la sculpture par exemple, montre qu’à travers les âges, et quitte à amplifier une réalité, la femme et l’homme étaient représentés de façon à valoriser leurs charmes et leurs atouts physiques. Rare ont été les êtres à aller à l’encontre de ces habitudes et de ces cultes esthétiques. Un Pharaon égyptien se démarqua il y a bientôt 3500ans : Akhénaton se fit représenter tel un être androgyne avec des lèvres pulpeuses, un bassin large, un ventre un peu gonflé et une musculature raisonnable.

Ce qui les rassemble est plus fort que ce qui les sépare

Il existait donc, jadis et à travers ces différentes civilisations, une Union plus importante qu’aujourd’hui entre ce qui embellit le corps et ce qui éclaire l’esprit et permet une reconnexion à son âme.

Si on revient au sportif et au yogi et qu’on les regarde en esprit (pas simplement avec nos yeux), on s’aperçoit qu’il existe plusieurs points communs :

  • Ils sont constitués de la même façon avec un corps physique et des corps subtils
  • Ils cherchent à Grandir et à dépasser leurs limites par des objectifs parfois ambitieux
  • Ils peuvent avoir des excès de confiance (menant à un déséquilibre physique ou subtil également), des excès d’ambition et des excès de se croire tellement différents des autres qu’ils en perdent le lien à l’humanité
  • Ils savent que la respiration est primordiale pour : l’effort fourni (le sportif) que cela soit pour l’enrichissement du sang en oxygène que pour l’expulsion de différents déchets gazeux dont le CO2 ainsi que pour limiter les signaux reçus depuis les 5sens (le yogi) qui peuvent polluer la connexion au 3ème œil lors d’un état méditatif (gestion du souffle pour limiter le nombre d’inspire et d’expire).
  • Enfin, et ça n’est pas exhaustif, ils savent et ressentent (s’ils font jouer leur discernement) que l’activité physique leur fait du bien émotionnellement (que cela soit via un sport conventionnel ou des asanas de yoga) et qu’on ne peut s’élever en esprit de manière harmonieuse que si son corps est entretenu et considéré comme un Temple sacré.

Pour illustrer cette convergence par des cas concrets actuels, nous notons que de plus en plus de coachs sportifs ou d’athlètes complètent leurs entrainements de musculation ou autres, que cela soit pour la force ou l’endurance, par des postures de yoga et des techniques de respiration qui vont plus loin que l’inspire-expire à chaque mouvement…

En effet, le yoga au sens large, car il en existe de multiples types, permet de rassembler ses énergies dans un objectif ciblé (à définir par le yogi) et de « puiser » une énergie dans le vivier infini qui nous entoure pour mieux la restituer. Que cela soit pour l’élévation du corps que pour l’élévation de l’esprit.

En miroir, le yogi qui prend soin de son être dans sa globalité peut tout à fait pratiquer un sport ou une activité de musculation pour renforcer certaines de ses caractéristiques comme l’ancrage, la force, l’endurance à l’effort, la résistance… Qualités qui lui seront utiles lorsqu’il croisera les basses énergies ; nocivités des personnes, des objets et des lieux, entités, âmes errantes lors de ses interactions physiques ou dans l’astral par exemple.

Puissent l’Union du yogi et du sportif inspirer tout à chacun dans sa vie quotidienne et au-delà des performances des uns et des autres.

Puissent le yogi et le sportif se voir comme deux facettes complémentaires du prisme de la Vie.

Puissent le yogi et le sportif se Rassembler et échanger avec l’ouverture d’esprit et de cœur qui permettront à chacun d’évoluer et de progresser.

Amour-Joie-Paix à vous chers sportifs, yogis et à toutes et ceux qui partagent cette volonté d’Unir et de Rassembler

Vav Menah

Photo by Cameron Venti

Pour nous contacter ou contribuer à l’académie

06 56 69 48 55

academiedelarealisation@gmail.com

Rejoignez-nous !

9 + 12 =

error: Ce contenu est protégé